Mon chat Ouma

La méthode Trampoline propose d’étudier « Mon chat Ouma » dès la période 1. C’est un album simple, à structure répétitive, pour commencer un travail de compréhension structuré c’est un très bon choix.

51VjnhyoXpL._SX358_BO1,204,203,200_

Cependant je ne l’ai pas utilisé pour travailler la compréhension orale, mais pour commencer à lire des vrais textes. En périodes 1 et 2, j’ai donc fait uniquement de l’étude du code et de la compréhension orale avec Narramus (la chèvre biscornue). En période 3, quand mes élèves sont bien entrés dans la combinatoire et maitrisaient tous les graphèmes simples et quelques graphèmes complexes courants, j’ai utilisé cet album pour travailler la lecture découverte et les exercices de compréhension à l’écrit.

Je vous propose donc les fiches d’entrainement pour lire à la maison après avoir découvert le texte en classe, et également les exercices déclinés en 3 niveaux de difficulté. Pour tous les élèves, la consigne est la même mais :

– pour le niveau 1 (élèves non lecteurs), les réponses sont proposées sous forme d’image à entourer ;

– pour le niveau 2 (lecteurs faibles), il y a moins de réponses possibles à lire.

Ces exercices sont répétitifs de sorte que les élèves soient autonomes face à la consigne.

Ouma

Télécharger exercices

Ouma2

télécharger fiches

Vous trouverez chez Anyssa de La classe des Gnomes des ressources complémentaires.

« Qui a peur de quoi ? »

La méthode Pilotis propose de démarrer l’année avec l’album « Qui a peur de quoi ? » de Coralie Saudo.

QAPDQ album

Grégoire a peur du noir.
Basile a peur des crocodiles.

Adrien, lui, n’a peur de rien. Ni de l’orage qui gronde la nuit.
Ni de jouer avec les serpents du zoo d’à côté…

Alors parfois, Adrien énerve un peu Grégoire et Basile…
Mais Adrien est-il si vraiment brave ?

Vous pourrez voir des illustrations de ce très bel album ici.

Je trouve qu’il est parfait pour commencer l’année, car on peut mener un travail sur les prénoms et les rimes. Mes élèves produisent des phrases avec la structure répétitive de l’album « …… a peur de ….. » ; ils doivent trouver des mots qui riment avec leur prénom. Chaque enfant illustre ensuite sa phrase sur une page A4 dont le fond a été coloré à l’encre. Il se représente à la façon des personnage de l’histoire (silhouette à retrouver chez Chat Noir) et crée un personnage avec l’initiale de son prénom, un peu à la manière des Alphas qui leur ont été présentés dès le début d’année. Et pour faire les choses bien, les prénoms sont ensuite rangés par ordre alphabétique dans l’album, comme dans l’histoire que je leur lis « Ma classe de A à Z« , de Coralie Saudo.

Voilà à quoi ressemble cet album :

QAPDQ 1

QAPDQ 2

QAPDQ 3

QAPDQ 4

Cet album nous a aussi amenés à lire « Le monstre mangeur de prénoms » et ainsi d’entamer des activités phonologiques : suppression d’une syllabe, rajout d’une syllabe, doublement d’une syllabe …

QAPDQ 5

Cet album permet aussi de développer divers réseaux littéraires :

  • Autour du thème de la peur

Réseau peur

  • En ce début d’année, il peut être intéressant de l’apprentissage, des envies et appréhensions qui l’entourent, des motivations aussi, afin de dédramatiser les choses :

réseau peur apprentissage

  • On peut continuer avec une sélection de livres qui parlent de l’école, de la rentrée

réseau rentrée

  • Voici enfin une sélection de livres que j’utilise pour travailler autour du rangement alphabétique, des abécédaires …

réseau album alphabet

Retrouvez le réseau proposé par Chat Noir ici.

Je vous propose des étiquettes à afficher sur un mur de mots pour aider les enfants à mémoriser les mots importants de l’album et faire des jeux d’association avec les rimes :

QPDQ étiquettes

Et enfin, les étiquettes individuelles pour le classeur de vocabulaire.

QAPDQ étiquettes classeur

Comme ces enfants sont petits, viennent de la maternelle et risquent d’être un peu submergés, j’ai fait léger au niveau nombre d’étiquettes.

Voilà comment je compte procéder :

– Avant toute chose, on va travailler sur l’album « Qui a peur de quoi ? », et manipuler les étiquettes collectives du mur de mots : par exemple, on va apparier un personnage avec sa peur (Basile –> crocodile ; Eléonore –> dinosaure, etc …)

– Ensuite je distribuerai les étiquettes que vous trouverez en page 1 du document à télécharger. Ces étiquettes sont les peurs des personnages de l’histoire. J’expliquerai aux enfants qu’elles nous serviront à garder une trace des mots importants sur lesquels nous travaillons. Il va falloir les ranger dans le classeur, mais pas n’importe comment. Je vais recueillir leurs idées pour ranger ces étiquettes. Comme je suis optimiste, je pense que l’idée du rangement par ordre alphabétique et/ou par thème sortira, mais je m’attends aussi à des réponses comme « on peut ranger selon le nombre de lettres », ou « par couleur » ; c’est une idée qu’il faudra écouter, mais pas garder car peu pratique (expliquer pourquoi)

– L’idée du rangement alphabétique étant validée, les étiquettes seront distribuées et les enfants devront les coller sur la bonne page de leur « dictionnaire ». On en profitera pour discuter des méthodes de chacun pour être rapide et efficace : au niveau du découpage (c’est pas gagné pour tous les élèves encore …) et au niveau du collage : on regroupe les étiquettes qui commencent par la même lettre, on regarde si on a des étiquettes avec A, avec B, avec C etc …

– Lors d’un autre temps (parce que déjà, rien qu’avec ça, vous avez grillé les neurones de la moitié de vos monstrueux), on va travailler sur des champs lexicaux. Avec ces étiquettes, plusieurs sont possibles : les animaux, les personnages, les meubles, les vêtements, les couleurs (page 3 du document à télécharger). Pour commencer, on va chercher le mot étiquette pour « dinosaure », « tigre » et « araignée ». Ensuite, on cherchera quel mot étiquette pourrait convenir pour les autres mots. Puis, on va développer un des champs lexicaux : il s’agira de demander aux enfants de trouver quels autres mots pourraient entrer dans telle ou telle catégorie, de relever leurs réponses afin de préparer des étiquettes supplémentaires, qui seront collées et dans la partie « lexique », et dans la partie « dictionnaire ». Pour ma part, je pense travailler sur les personnages (sorcière, ogre, fée, monstre et autres mots proposés par les élèves), car il y aura relativement peu de mots, alors qu’avec vêtements ou animaux, il y aura trop d’étiquettes à faire coller aux enfants, qui, rappelons-le à toutes fins utiles, sont encore petits et perdus. Donc, mollo. Bref, à la maison, je préparerai des étiquettes avec les propositions des enfants + les étiquettes de la page 1, tout mélangé (page 2 du document à télécharger, là c’est à vous de travailler pour faire vos propres étiquettes), et ce sera à eux de coller au bon endroit dans la partie lexique du classeur.

Bon, ça c’est ce qui est prévu, on verra si ça roule ou s’il faut faire des modifications ! J’espère avoir été claire, et j’espère que vos retours et commentaires pourront faire avancer le schmilblick !

Crafty with Calani - Chained Dots Borders 38 colors2

Enfin, cet article ne serait pas complet si je ne vous envoyais pas consulter les excellentes ressources proposées par Chat Noir ici et ici ! Un immense merci à elle !

Crafty with Calani - Chained Dots Borders 38 colors2Images

Image6