Coller une feuille en CP

On croirait pas, mais c’est toute une aventure. Il faut le vivre pour le croire. Tu penses que ça prend 5 minutes hein ? Genre on sort le cahier, on l’ouvre, on colle sa feuille, on ferme le cahier, on le range. Eh bien non petit naïf, détrompe-toi. Récit d’un grand moment de solitude … (Les prénoms ont été modifiés)

On a appris un chouette poème avec mes monstrueux. Tout naturellement, j’ai demandé aux enfants de sortir leur cahier de poésie pour coller le texte. J’aurais dû me préparer psychologiquement. Pourtant je le sais hein, je fais du CP depuis 2005. Mais je pense que je fais un black out sur ces terribles moments de début d’année.

Mathéo m’a demandé « Pour quoi faire on sort le cahier ? », j’ai répondu « Pour coller la poésie ». Anthony m’a dit « Quel cahier ? », j’ai répondu « Le transparent, celui de poésie, avec un nuage ».  Léo a dit « J’ai pas de colle », je suis allée en chercher une dans mon placard et ai demandé si quelqu’un d’autre en avait besoin. Je suis revenue à mon bureau. J’ai expliqué qu’on collait sur la page avec des lignes, et qu’on pourrait faire un dessin sur la page blanche à côté. Kévin a demandé « C’est laquelle la page avec des lignes ? » je lui ai répondu que c’était celle qui avait des lignes dessus. J’ai demandé aux enfants d’ouvrir le cahier à la première page. Inès m’a dit « Mais moi j’ai pas de colle ». Je suis retournée au placard en chercher une. J’ai vu que Valentin n’en avait pas non plus, j’ai anticipé et lui en ai apporté une. Il m’a dit qu’il avait déjà une colle Spiderman. J’ai ramené la colle au placard, Valentin m’a dit qu’il ne retrouvait pas sa colle Spiderman. Je lui ai ramené une colle de la classe. En fait la colle Spiderman était dans la trousse de Dylan. Ils ont commencé à se chamailler, j’ai réglé la dispute en expliquant à Dylan qu’il devait faire attention à bien rendre les affaires qu’on lui prêtait (on va dire que Valentin lui avait prêté mais ce n’est pas une certitude, il se peut que la colle ait atterri là par le plus grand des hasards. Sont-ils pas coquins ces tubes de colle, de vrais petits chenapans qui se se font la malle dès qu’ils échappent à notre surveillance). Lilou a demandé si c’était l’heure des mamans, je lui ai dit qu’il restait encore 30 minutes. Je suis passée distribuer les feuilles. Nadia avait sorti son cahier de devoirs. J’ai trouvé avec elle le bon cahier. Loan a crié « J’arrive pas à rebaisser ma colle », car, comme tous les écoliers depuis la création du tube de colle, il s’était amusé à la sortir au maximum et elle était restée bloquée. Je me suis donc pourri les doigts en lui réparant, il ne m’en a même pas été infiniment reconnaissant. J’ai aidé Yanis à trouver son cahier, qui était dans le sac de Sherazade. J’y ai également trouvé l’attestation d’assurance que j’ai ramenée à mon bureau. J’ai continué ma distribution quand Mélanie a hurlé « Théo a collé à la mauvaise page », je suis allée décoller la feuille et lui ai montré la bonne page. J’ai évité in extremis un drame en sortant l’index de Kyllian de son taille-crayon. Pendant ce temps, Salim a dessiné dans le cahier de poésie (même pas à la bonne page, et même pas un dessin qui illustre la poésie). J’ai expliqué que ce n’était pas un cahier pour dessiner n’importe quoi. Gabriel a demandé si c’était l’heure des mamans. Je lui ai dit que c’était très bientôt. Ethan a renversé de l’eau sur sa table, j’ai vite essuyé avant que ça ne pourrisse tout son cahier. Marwane pendant ce temps s’est barbouillé les mains avec de la colle. Je l’ai envoyé se les laver au fond de la classe. Elyess est venu me voir avec le nez qui coulait vraiment beaucoup pour savoir s’il avait le droit de se moucher, je lui ai dit que ce n’était pas la peine de demander l’autorisation et qu’il aille vite chercher un mouchoir sur mon bureau. Fatima, elle, a préféré goûter son tube de colle. J’ai expliqué qu’il ne fallait pas faire ça, que c’était toxique. Adam a trouvé que le moment était très propice pour nous annoncer à tue-tête que la veille, il avait croisé Anissa à Super U ; je lui ai dit que c’était formidable et que parfois le hasard et le destin nous réservaient vraiment de belles surprises. Clara est tombée de sa chaise car elle se balançait. Je lui ai demandé si elle s’était fait mal, elle a pleuré car elle a eu peur, je lui ai expliqué que c’était dangereux de se balancer sur sa chaise. J’ai vu que Mathys mettait 3 tonnes de colle sur sa feuille, je lui ai expliqué comment être plus économe. Enzo a exhibé un cahier en criant « c’est çui-là le cahier de poyésie ? » eh non, c’était le cahier d’écriture, celui que je cherchais depuis le matin pour lui préparer, et qui était dans la poche avant de son sac à dos. Julian a demandé si on allait bientôt jouer, je lui ai répondu que malheureusement on ne jouerait pas, non … Amin m’a dit qu’il ne trouvait plus sa feuille, je lui ai dit que c’était normal puisque je ne l’avais pas encore distribuée. Rayan a dit « Et moi, je l’ai pas eue », je lui ai dit que malheureusement je n’avais pas 4 bras. J’ai houspillé Ayman qui était au lavabo au fond de la classe et s’amusait à se mettre de l’eau dans les cheveux « pour se faire des coiffures ». J’ai décolle la feuille de Yunus qui avait collé sur la page blanche. Anissa a demandé si c’était bientôt la récréation, je lui ai répondu qu’on y était déjà allés. J’ai voulu continuer ma distribution mais je ne retrouvais plus mes feuilles. Les enfants ont crié « Làààààààààààààà, sur le tabouret !!!!!! », j’ai pu finir de donner les feuilles. J’ai répété plusieurs fois de mettre les cahiers dans le cartable, beaucoup les ont mis dans le casier, j’ai fait un tour de la classe pour vérifier et rectifier …

Finalement on y est arrivés. Mais il va me falloir des litres de mojito pour m’en remettre. Et le pire, c’est que lundi, j’ai prévu de travailler avec des étiquettes et qu’il faudra utiliser colle ET ciseaux. J’ai peur.